Les visuels aseptisés des microstocks sur la com du CDT des Hautes Alpes

 

Bertrand Bodin photographe professionnel arpente les Hautes-Alpes depuis 40 ans, ses photographies ont fait le tour du monde et de grands magazines français les achètent. Il regrette aujourd’hui que le Comité Départemental du Tourisme opte pour des photos issues de banques d’images américaines. Il a fait parvenir une lettre à Xavier Cret, le Président du CDT, et a rencontré Jean-Yves Dusserre Président du conseil général des Hautes Alpes au sujet de cette pratique de communication que l’on retrouve un peu partout en France.

Lettre publique également communiqué aux élus du 05 : conseillers généraux, députés et sénateurs.

 

Son texte adressé au Président du CDT des Hautes Alpes :

 

Suite à la signature d’une convention en Novembre 2012 entre les photographes professionnels des Hautes‐Alpes et le Comité Départemental du Tourisme que vous présidez, je voudrais vous faire part de mon indignation concernant l’utilisation des photographies et de vos orientations de communication.
Après avoir signé cette convention, vous avez fait retirer la plupart des images des photographes haut alpins du site Internet www.hautes‐alpes.net et autres éditions du CDT dont vous êtes le Directeur de la publication et son responsable légal.

Vous avez remplacé la plupart de celles‐ci par des images dites « Libres de droits » que vous vous êtes procurées auprès d’agences photographiques étrangères (Shutterstock, Fotolia …) dont les dont les sièges sociaux se trouvent à New‐York aux Etats‐Unis. D’ailleurs, la notion « libre de droits » mentionnée par ces agences étrangères n’existe pas en droit français. Cette appellation est manifestement contraire au Code de la Propriété Intellectuelle (articles L.111‐1, L. 121‐1, L. 131‐3).

Vous avez fait éditer deux dossiers de presse, un pour l’été 2013 puis un second pour l’hiver 2013‐2014 dont la plupart des images ( +70% !!!) proviennent de ces banques d’images anglaises ou américaines.

Je trouve absolument honteux et scandaleux que ces photographies censées représenter notre département et le savoir‐faire des acteurs économiques des Hautes‐Alpes, les photographes locaux, que ces images proviennent de sociétés étrangères qui ne reversent qu’une misère d’euros (quelques centimes …) aux auteurs étrangers concernés, agences qui ne reversent donc pas de cotisations sociales dans notre territoire et défiscalisent allègrement dans des paradis fiscaux. Ces sociétés sont détenues par des banques étrangères dont le seul objectif est la rentabilité boursière (Mais que restera‐t‐il aux auteurs après la curée ?).

Quelle honte de proposer à la presse nationale voire internationale, à des professionnels de la communication, des dossiers de presse qui vantent le savoir‐faire des photographes anglais ou américains avec des images aseptisées qui peuvent être reproduites et utilisées à l’identique par n’importe quel office du tourisme, CDT ou CRT du monde entier !!! (Il y a en mémoire les sociétés concurrentes Orange et Sfr, qui, pour leur publicité, ont utilisé exactement le même visuel en provenance de ces agences que l’on nomme les microstocks !).
Les images de la couverture de ces dossiers de presse démontrent l’incompétence du CDT dans la sémiologie de l’image et tous les professionnels du tourisme ne peuvent que constater, que ces photographies, très typée anglo‐saxonnes, ne proviennent pas de France et encore moins des Hautes‐Alpes, mais des stations de ski étrangères, photographies dont ont été gommées toutes les marques de vêtements ou de ski afin d’en masquer un peu plus leur provenance.

Les piliers de nos attraits touristiques, les seuls, uniques et inviolables sont nos incroyables et majestueux paysages que vous avez fait disparaitre de la plupart de vos communications touristiques. Votre présidence aura contribué à l’appauvrissement artistiques et culturel de l’image touristique, une régression de la communication et vraisemblablement à un retour passéiste de la réclame.

Le plus intolérable est que vous nous avez fait signer en 2012, à nous photographes haut‐alpins, une convention dont l’article 5 souligne :
« Les photographes s’engagent à ne proposer au CDT les seules photos prises dans les Hautes‐Alpes » Photographes haut‐alpins signataires de cette convention, nous avions naïvement cru à une réciprocité de cet article 5. Ainsi, vous nous démontrez que vous ne faites absolument pas confiance aux compétences des photographes haut‐alpins qui, tous les jours, s’investissent énormément pour leur territoire en essayant de produire la plus belle qualité d’image possible, sans compter leurs heures, photographes dont certains jouissent quand‐même d’une reconnaissance nationale et même internationale. Mais il est vrai que nul n’est prophète en son pays…

Dans un but non avoué de récupérer des photographies gratuites « libre de droits », vous organisez un concours amateur : Gagnez vos vacances au ski en devenant grand reporter, et l’article 3 du règlement concours stipule:
« La participation au concours entraîne la cession des droits patrimoniaux, droit de reproduction, droit de représentation et droit d’adaptation pendant une durée de 5 ans » et « Les participants autorisent la société organisatrice à utiliser en interne et à des fins marketing les informations recueillis par le jeu‐concours, sur tout support et dans le monde entier. »

Pire, pour l’accroche de ce concours, vous utilisez sur votre site Internet
http://hautesalpesvousveutdubien.fr/ une de mes images sans mon autorisation et sans signer la photographie ! Ceci est un acte de contrefaçon puni par la loi. Je vous rappelle la loi : « L’auteur jouit du droit au respect de son nom, de sa qualité et de son oeuvre. » (art. L.121‐1 du CPI)… Absence de signature : Il arrive fréquemment que des oeuvres soient diffusées sans que le nom de l’auteur soit mentionné. Ces pratiques sont illégales au sens de l’art. L.121‐1 du CPI. Je vous informe que Le Comité Départemental du Tourisme (CDT) de l’Yonne a été condamné, le 20 juin 2008, par le Tribunal de Grande Instance de Paris, à payer 110 400 euros à deux photographes professionnels, pour avoir commis un acte de contrefaçon et porté atteinte à leurs droits de paternité.

Je vous rappelle que, en tant qu’élu, vous êtes le garant de nos institutions et de nos lois.
L’accroche du site de ce jeux concours est : Hautes‐Alpes, la destination qui vous veut du bien. On pourrait titrer : Hautes‐Alpes, le département qui veut la mort de ses photographes !

Car, si vous ne reversez plus de droits d’auteur à ces acteurs économiques locaux, ces photographes haut‐alpins, en difficulté pour nourrir leur famille vont vous solliciter pour bénéficier du RSA comme en ont déjà bénéficié certains et comme l’a mentionné judicieusement, dans un édito, le rédacteur en chef du magazine Images & Nature : RSA ou Droits d’auteur ?

Suite à une entrevue avec Messieurs le Directeur et Directeur adjoint du CDT, pour évoquer ces problèmes, il m’a été prétexté des problèmes de budget :
Ainsi, je vous repose la question de l’an dernier, question à laquelle vous n’aviez pas daigné me répondre, combien avez‐vous dépensé pour le « nouveau » logo du CDT, combien a couté cette petite image qui représente 2cm sur 2 sur le dossier de presse avec un slogan recyclé ? Et combien investissez‐vous dans les droits photographiques pour l’image des Hautes‐Alpes ? Quel est votre budget photo pour la communication visuelle du département ? (80% du PIB des Hautes-Alpes provient du tourisme !!!). Et qu’elle est la fonction d’un CDT ? Serait‐elle de détruire les entreprises locales ou de déliter les forces vives de notre département ?

Il me semblait que les principales missions d’un CDT sont notamment de : fédérer, informer et stimuler tous les acteurs publics et privés de son département. Je vous propose d’investir dix fois le montant dépensé pour ce logo dans les droits d’auteur pour des photographies du département réalisées par les photographes de ce département et je vous garantis alors une photothèque disponible pour vos communications à faire pâlir d’envie plus d’un territoire alpin.

Pour résoudre ces problèmes de budget, la prochaine fois que vous invitez des journalistes pour promouvoir notre département, je vous propose :
‐ de les loger en Italie, car, arrivant par TGV à Oulx, cela coutera moins cher
‐ de les faire manger dans des fastfoods, cela coutera beaucoup moins cher
‐ d’importer les tourtons et les ravioles de Chine
‐ de leur faire gouter l’agneau de Nouvelle‐Zélande
‐ le génépi d’Autriche
‐ de faire venir les tartes du Champsaur cuisinées en Roumanie
‐ de faire skier les journalistes avec des moniteurs de ski anglais
‐ de les accompagner en montagne avec des guides Tchéchènes …

car il me semble qu’avec ces mesures de bon sens, vous ferez réellement des économies !

Je ne crois pas dans l’avenir d’un modèle de développement économique d’une société avec du toujours moins cher et encore moins avec du gratuit. Vous avez pu remarquer que, dans les Hautes‐Alpes, il n’y a pas des restaurants gratuits, d’hôtels gratuits, de remontées mécaniques gratuites, de cours de ski gratuits, de produits du terroir gratuits, mais vous tolérez que la photographie soit « gratuite ».

La dérive de l’utilisation massive des photos gratuites ou « libres de droits » aboutit à des absurdités complètement contre‐productives :
‐ La station de ski de Puy‐Saint‐Vincent utilise une photographie représentant une forêt d’épicéas de Haute‐Savoie pour sa 4è de couverture de sa plaquette touristique !!!
‐ Le CDT des Hautes‐Alpes utilise, pour sa brochure 2012 , une photographie prise devant ESF de L’Alpe d’Huez en Isère pour promouvoir les écoles de ski des Hautes‐Alpes !!!
‐ Le magazine touristique de La Côte d’Or utilise une photographie en provenance de Russie pour sa une !!!
‐ Atout France utilise le visuel d’une plage d’Afrique du Sud pour vanter les charmes du littoral breton !!!

Et la liste s’allonge. Selon l’association PAJ, ce genre de photos pullulent depuis 5 ans du fait de l’apparition de ces banques de données sur internet… Elle a déjà dénoncé l’utilisation d’une photo de vignes californiennes pour vanter le vignoble Picard ou bien encore des clichés d’Afrique du Sud pour faire la promotion des côtes bretonnes dans le métro de Londres..
Ces sociétés de communications et institutions, Mairies, OT, CDT, CRT commencent à être l’objet de railleries via principalement les réseaux sociaux, les radios locales et nationales, la télévision …

Avec l’arrivée du numérique en photographie, j’ai très largement investi pour vivre ce formidable tournant technologique. J’ai mis en place une photothèque en ligne en droits gérés pour contrer le déploiement des très grosses agences mondialisées … car je ne crois absolument pas à la survie de ces images édulcorées, accablantes et lénifiées pour faire du développement local.

D’autre part, je tiens à votre disposition toutes les publications que j’ai pu réaliser en 2013 où le département des Hautes‐Alpes est mis en valeur grâce à mon travail de photographe, de journaliste et d’attaché de presse bénévole, publications pour lesquelles vous n’avez investi aucun euro et pour lesquelles, malgré mon envoi d’informations régulières par courriel à votre intention, je n’ai jamais eu la moindre remarque ni le moindre remerciement, encore moins le moindre commentaire ou encouragement et ce même lorsque je commercialise et diffuse par des agences nationales un reportage sur le pain bouilli de Villar‐d’Arène, un territoire, il me semble, que vous devez connaitre ! Je vous rappelle également mes installations de photographies géantes des Hautes‐Alpes affichée au Salon de la Photographie de Saint‐Julien‐en‐Genevois pendant un mois en 2011, celle du Salon International de la Photographie de Montagne de Pralognan‐la‐Vanoise pendant tout l’été 2012.

C’est sans doute pour me remercier de cette toute cette énergie dépensée pour promouvoir mon département que vous allez piocher dans les banques d’images américaines vos illustrations insipides pour une communication des Hautes‐Alpes déplorable …

Résidant dans les Hautes‐Alpes et photographe professionnel depuis plus de 40 ans, je paie mes impôts, ma TVA et autres taxes dans le département des Hautes‐Alpes. Et ce sont grâce en partie à mes contributions et celles de tous mes confrères qui paient ou aimeraient payer des impôts que vous pouvez financer le CDT.

J’ai accueilli dans mon entreprise en 2013, des étudiants en BTS de photographie d’une école de Lyon dans le cadre de stages professionnels. J’avoue avoir eu honte de mon département en leurs dévoilant ces pratiques honteuses qui se généralisent, hypothéquant leurs rêves créatifs et ruinant leurs espoirs de vivre d’un métier prestigieux.

Et pourtant, on n’a jamais consommé autant d’images et on n’a jamais vu autant de jeunes attirés par le métier de photographe !!!
Electeur et fervent défenseur de ce département, je m’autorise à alerter tous les élus des ces dérives et également à alerter la presse, les médias sous toutes les formes appropriées afin de défendre mon métier, mon département et de préparer un avenir plus réjouissant aux jeunes générations de photographes, professionnels en devenir.

Je vous souhaite, Monsieur le Président, un avenir politique plus radieux que les maigres espérances que vous distillez à toute une corporation.

Cordialement
Bertrand Bodin, Photographe Auteur Professionnel
Membre de l’UPP (Union des Photographes Professionnels)
Membre de la SAIF (Société des auteurs des arts visuels et de l’image fixe)
Membre de PAJ (Association de Photographes, Auteurs et Journalistes)

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *