Blog 

#FreeMacronistan

Dans notre cher Macronistan, tout se termine toujours par un vilain opposant en garde à vue et par une nouvelle loi pour restreindre la liberté d’expression sur les réseaux sociaux.

La manipulation est trop grosse. Depuis vendredi (14-02-2020), la communication officielle multiplie les détournements de sens.

C’est un pur détournement de tirer la chute de Benjamin Grivaux vers un débat sur la protection de la vie privée à l’ère des réseaux sociaux. Benjamin Grivaux n’a pas démissionné à cause d’un quelconque harcèlement, mais à cause de sa bêtise. Personne ne lui a demandé de se retirer. Si vraiment il est aussi fier de ce qu’il a fait, si la démocratie est en jeu, il ne tenait qu’à lui de se maintenir. Il lui suffisait de convoquer une conférence de presse place de l’Hôtel de Ville et de monter au pupitre entièrement nu en chantant « I am what I am ». Cela n’aurait pas manqué d’allure. Ce n’était pas exactement « l’angle » qu’il avait choisi en posant en père modèle dans Paris Match. Mais en Macronie, tout est affaire de communication et tout bon politique vit aux dépens de l’électeur qui l’écoute. Il suffisait de changer d’histoire… Pourquoi Grivaux ne l’a-t-il pas fait ? Les mauvaises langues diront que, pour vraiment s’assumer, il lui aurait fallu plus qu’un phallus : des couilles. La vérité est que le personnage était suffisamment impudent pour se maintenir, il semble avoir essayé pendant vingt-quatre heures, il a renoncé parce que, comme toujours, il a d’abord été chercher ses ordres à l’Elysée. Quand le Président de la République lui a dit : « Protège d’abord ta famille », Benjamin Grivaux a compris qu’il était disgrâcié et que l’Elysée le débranchait d’une campagne qui n’avait jamais été convaincante. Les réseaux sociaux n’y sont pour rien : ce n’est pas leur pression qui a fait reculer Benjamin Grivaux, c’est le pouvoir qui a décidé d’arrêter les dégâts. Si la Macronie et ses éditorialistes croient vraiment à ce qu’ils disent sur la défense de la démocratie, ils n’ont pas à « réguler les réseaux sociaux » : il leur suffit de laisser Benjamin Grivaux continuer sa campagne. Chiche ?

Détournement aussi, tout ce faux débat sur « l’américanisation » de la vie politique française – supposée évidemment être une abomination. Si nous étions en Amérique, Benjamin Grivaux aurait commencé à s’excuser publiquement envers sa famille et envers ses électeurs, dont il a trahi la confiance par sa légèreté – et il aurait sans doute démissionné de son mandat de député. On en est loin… Ici, pas la moindre excuse, le personnage a brandi sa vie familiale comme un bouclier, et son statut de candidat comme un talisman qui devrait interdire à qui que ce soit de questionner les mensonges qu’il raconte sur sa vie privée. Mais qui a fait voter une loi sur la moralisation de la vie publique ? qui ne parle que de transparence ? qui a remplacé le débat politique par un prêchi-prêcha moralisateur qui règlemente toujours davantage la vie de chacun et définit ce qu’il ne faut pas dire, ce qu’il ne faut pas manger, ce qu’il ne faut pas consommer ? A force d’entendre parler de transparence, les électeurs veulent savoir qui les gouverne. Notez bien qu’ils s’en doutent de plus en plus…

Détournement aussi, ces larmes de crocodile sur les Parisiens privés d’un véritable débat démocratique. Les électeurs de Paris avaient déjà passé Benjamin Griveaux par pertes et profits. Et surtout, si la campagne présidentielle de 2017 n’avait pas été un festival de boules puantes et de manipulations conduisant à l’élimination surprise du candidat conservateur, Emmanuel Macron serait-il aujourd’hui président ? Qui les a faits rois ? Grotesque détournement complotiste, enfin, ces allusions aux tentatives de destabilisation de la Russie. Piotr Pavlenski est réfugié en France parce qu’il est en délicatesse avec Poutine et le moins qu’on puisse dire, c’est que le Gouvernement ne pouvait ignorer ni son pédigree, ni son profil psychologique. Si c’est un agent russe, c’est que les services français sont incompétents. Mais Emmanuel Macron ne devrait pas pouvoir s’en vanter.

Une fois mis de côté tous ces détournements, il reste la réalité, et beaucoup de contradictions : celle d’un Gouvernement qui pousse des cris d’orfraie parce que la vie privée d’un proche du Président a été dévoilée, mais qui multiplie les lois et les décrets pour permettre au fisc, à la police, aux autorités d’inspecter les comptes personnels de chacun ; celle de communicants prompts à dénoncer les réseaux sociaux, mais qui ne reculent pas toujours devant l’ouverture de « faux comptes » ou la diffusion de « fake news » quand il s’agit de répandre leur propagande. Oui, la défense de la démocratie est essentielle, mais qui la menace le plus ? Après deux ans où l’on commence enfin à prendre la protection des femmes au sérieux, est-ce la priorité que la Justice se mobilise pour défendre l’honneur et la tranquillité des ministres qui envoient des vidéos pornographiques aux jeunes femmes ?

Non, nous ne sommes pas en Amérique. Nous sommes bien au Macronistan, un pays qui s’éloigne lentement de la démocratie. Un pays où seule compte la protection de la caste au pouvoir : on aimerait que les services de police soient aussi rapides pour convoquer ceux qui empêchent la jeune Mila d’aller à l’école, ou que les journaux qui réclament le renvoi de Pavlenski soient aussi prompts à demander l’expulsion de tous ceux qui troublent l’ordre public au quotidien. Mais la police et les journaux ne servent qu’à une chose : intimider les citoyens pour que chacun sache que les manifestants, les opposants, tous ceux qui tenteront de fissurer le vernis de la communication officielle auront à le payer cher. Tout cela a un but : s’assurer que la prochaine élection présidentielle se jouera strictement entre le pouvoir en place et l’épouvantail « Rassemblement national », sans aucune offre politique intermédiaire. C’est cela qui les fâche tellement : par la seule faute de leur candidat, les municipales à Paris risquent de se ramener à un vrai combat politique entre la gauche et la droite, comme avant. Et si on y (re)prenait goût ?

Physicienne Blonde alias DH
https://www.facebook.com/physicienne.blonde.10

Posts + ou - relatifs

Don`t copy text!