Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Blog 

Au détriment du bien commun

 

 

Sur RT France (1) un échange entre Juan Branco et Michel Onfray. L’émission Interdit d’interdire :

Frédéric Taddeï reçoit Michel Onfray, philosophe et Juan Branco, avocat.

Extrait :

…ces fortunes là se font au détriment du bien commun, on transfère des ressources de l’Etat vers le privé via les privatisations… C’est à chaque fois  en faite une part de notre collectivité qui est prise… On se retrouve avec une situation, par exemple la taxe carburant c’est 60 millions de personnes qui vont être taxées… pour faire quoi : pour alléger les charges des grandes entreprises du CICE, donc des actionnaires des grandes entreprises… et donc on a 60 millions de personnes qui se voient taxer pour financer les mille personnes… les plus privilégiées de ce pays…

…de cette caste qu’on a institué depuis qu’on a créé une démocratie représentative c’est à dire la classe bourgeoise qui est chargée d’interpréter le réel, par ce que en 1789, après s’être libéré de la servitude, du système de servage, on s’est libéré des aristocrates, et on a fini d’avoir le droit non pas de parler nous mêmes, mais d’élire des personnes qui parleraient en notre nom… les gilets jaunes ont compris qu’il était temps de passer une nouvelle étape de démocratisation dans laquelle le droit à la parole reviendrait en propre aux populations et non plus à travers une caste  intermédiaire qui évidemment après deux siècles de domination a fini par capter l’appareil, soi-disant démocratique pour défendre ses intérêts et non pas pour défendre les intérêts collectifs…

…Il est là pour piller les ressources de l’Etat, faire payer les pauvres, pour faire de telle sorte que les riches n’est pas a payer, c’est ce qu’on appelle la paupérisation. Ces gens là veulent des pauvres de plus en plus pauvres et de plus en plus nombreux et des riches de plus en plus riche…

…On n’a pas d’argent, on ne peut pas augmenter le smic, mais quand il s’agit d’aller bombarder… quand il s’agit de faire des guerres, quand il s’agit de donner de l’argent aux industries de l’armement,  il n’y a aucune difficulté pour trouver de l’argent…

 

Emmanuel Macron et les classes populaires, une rupture durable
A l’occasion des élections européennes, le divorce s’est aggravé entre le président et les Français modestes.

 

 

(1) C’est triste d’en être réduit à se rendre sur une chaîne russe afin de pouvoir s’exprimer librement ! Triste démocratie française !

 

 

 

 

 

Posts + ou - relatifs