Une oeuvre d’art contemporain à 70 000 euros pour Mayenne

Reprise d’un billet de 2014 :

 

L’info est passée sur l’édition de « Ouest France dimanche » du 9 février (info reprise en ligne) : une oeuvre d’art contemporain va être installée dans le quartier du Pommier à Mayenne (et non sur la place Clémenceau -photo montage, libre interprétation-) par des artistes suisses. Coût de l’oeuvre : 70 000 €.

Installation dans le prolongement de la réhabilitation du quartier du Pommier, fin 2013 des immeubles ont été démolies, opération permettant la construction de nouveaux logements. L’acquisition de cette oeuvre relève pour le maire de Mayenne de la volonté de « devenir un modèle en associant modernité, conditions de vie et art avec des artistes internationaux. Cela va marquer notre territoire et notre histoire ! » Source.

———————-

Commentaire de l’auteur de Mayenne actus :

A  l’ élitisme culturel  (prestige de type « international »),  élistisme qui dans le cas présent ne profite financièrement qu’à deux artistes, il est préférable en période de « crise » profonde (ou nombre de créateurs en sont réduits à s’inscrire au rsa) de faire dans le « social-culturel ».

Concrètement dans le cadre d’ une préoccupation sociale, çà pourrait donner : 1 commande de 5000 euros à 14 auteurs de la région  Pays de la Loire plutôt qu’ une commande de 70 000 euros à seulement deux auteurs. Les « plus faibles », les « moins connus »,  n’ont pas à se faire écraser par la machine « notoriété-prestige international ».

————————

 

Bonus 15 octobre 2014 : une affiche produite par le service com de la ville de Mayenne, avec un visuel libre de droit à 0 euro :

 

bebe

zebra

Auteur du visuel : Dywa.

Basé en Lithuanie; graphiste qui laisse ses travaux sur le net en libre de droit à 0 euro.

Merci Dywa pour la concurrence top summum déloyale ! La mondialisation graphique ça a du bon pour les radins de la com !

En Mayenne c’est bien connu, c’est tellement rural qu’il n’y a pas de graphiste indépendant pour produire le visuel d’une affiche, il faut aller les chercher jusqu’en Lithuanie ! (En plus,  c’est plus que moins cher, c’est 0 euro!). 70 000 euros pour la « gloriole internationale », 0 euro pour le visuel d’ une affiche !

 

jumping

Photo : Lusi.

Deux adolescentes qui sautent en l’air pour la com de la semaine de l’énergie en 2013 à Mayenne (une utilisation web, un flyer, une affichette A4 et un affichage sur les bus); deux jeunes filles de Mayenne photographiées par un pro (avec l’accord des parents), pro payé décemment (règlement de droits d’auteur) pour vivre décemment (payer des charges pour avoir droit à la sécu, payer une cotisation retraite pour y avoir droit, …).

Ben non ! Il s’agit d’un visuel libre de droit à 0 euro, photo d’un(e) photographe amateur des pays de l’est basée en Croatie, trouvable sur le net (la pêche à la tof gratuite!), visuel utilisé par d’autres collectivités publiques en France : budget photo pour toutes les utilisations en France : 0 euro!

Est ce que les salariés des services com des villes sont payés en libre de droit à 0 euro de l’heure ?

Des jeunes qui sautent en l’air,  stéréotype iconique des microstocks ! Le modèle économique des microstoks (vente en libre de droit à des tarifs dérisoires) + les tofs gratuites = élimination des photographes d’illustration générale et des photographes de pub, du marché de la photo. Reste encore quelques photojournalistes qui bossent avec autre chose que les iphones des journalistes de l’écrit !

La Mayenne, c’est tellement rural, qu’il n’y a pas de photographes pros  pour ce genre de photo, d’autant plus, que tous les jeunes se tirent sur Rennes … il faut aller jusqu’en Croatie pour avoir la tof, en plus c’est moins cher que moins cher !

Exploitation des créations des créatifs des pays de l’Est  (et autres contrées, peu importe le pays, le problème c’est la concurrence hyper déloyale, la mise en concurrence  entre auteurs au seul profit des utilisateurs des créations), créatifs suffisamment naïfs (servitude volontaire) pour laisser leurs créations sur des sites de diffusion en libre de droits pour 0 zéro ! Sites avec des pubs qui se font des sous avec le trafic.

 

emplois

Pub électorale du ps à des cantonales (une sorte de journal avec des photos non signées, comme le font les autres églises politiques).

« Préserver et créer des emplois en Mayenne », bien sur ! En accompagnant les pratiques de boycott des auteurs locaux, en participant à l’envoi des photographes et des graphistes indépendants au rsa !

 

Texte remis à des élus en mars 2011  (élections cantonnales).

 

 

La mondialisation est un système qui a méthodiquement organisé la mise en concurrence mondiale, sans limite, sans scrupule, sans filet, sans foi ni aucune loi, des salariés, des entrepreneurs, des agriculteurs et de tous ceux qui ont été placés en compétition directe avec des travailleurs chinois, des ingénieurs indiens, et des paysans argentins, ceux-là mêmes qui n’ont d’autre choix que d’accepter des rémunérations de misère pour vivre ou survivre. A Montebourg, Votez pour la Démondialisation! Flammarion, 2011.

 

free

graphisme2

Photo libre de droits à 0 euro pour l’affiche d’un récital à Mayenne, photo déjà utilisée en 2013, pour le concours international de piano.

 

Concours de piano, Mayenne 2014

piano2

Photo : emailrober. Photographe américain.

Un vieux piano tout poussiéreux, avec un traitement dans un logiciel çà deviens »vintage » ! De l’art !

 

 

La « démocratie participative » avec du libre de droit à 3 francs six sous (microstock) : trop fort la com sur Mayenne ville ! Le visuel utilisé était visible sur le site de la ville et sur les bus (personnages dessinés avec vue en plongée), il proviens d’un microstok. Une somme dérisoire pour l’utilisation ! A quant les imprimeurs « libre de droits » à 3 francs six sous ! çà peut en intéresser !

bus-mayenne

Ce qui payait, à une époque civilisée, c’était pour un indépendant (photographe ou graphiste) de produire un visuel pour une affiche (le montant des droits d’auteur est plus élevé pour ce genre de support), çà permettait de compenser les petites ventes, aujourd’hui à l’ère du n’importe quoi, c’est foutu.  On a plus besoin de nous! Le dumping social (visuels gratuits des amateurs et visuels à prix dérisoires des transnationales de l’image –microstocks abonnés à l’optimisation fiscale-) est bien installé pour nous remplacer et nous précariser !

La « Démocratie participative » sans la participation des indépendants de la com c’est fort en café (euphémisme) !
Ce genre de pratique est insultante pour les indépendants de la com, pour nous c’est du mépris ouvertement affiché !
La com de la « Démocratie participative » et autres « bricol’com, ici et là; com connectée sur le modèle économique microstock  : c’est la com de l’exclusion sociale des indépendants de la com, de l’exclusion sociale des producteurs de biens symboliques locaux.  Pour les abonnés au modèle microstock : on n’existe pas ! Nous sommes des fantômes économiques !

 

Sur une page du site du pays de Mayenne (encore visible au 15-10-2014) : un « copier-coller » d’un visuel de microstock :

paysde

http://www.paysdemayenne.fr/pays_mayenne_economie-emploi_travailler-embaucher.phtml

Et là on atteint « l’art total » : le copier-coller de visuel de microstock ! Un visuel avec le filigrane du microstock ! En l’occurrence il s’agit d’un microstock avec siège social à New York (optimisation fiscale -échapper à l’impôt, aux taxes-  et sociale -pas de versements de charges sociales à la caisse des auteurs-), le système « startup-multinationale-paradis fiscaux » ! L’ultra libéralisme dans toute sa volupté ! Pourvu qu’on est l’ivresse de la com sans débourser 1 cent d’euro, l’ivresse « microstockienne » ! La com à son degré zéro ! La com qui précarise les pros !

Quant les photographes, les graphistes, … en sont réduits à pointer au rsa (« grâce » au cumul de toutes ces pratiques de petite épicerie), on leur demande de s’insérer …  d’être en « recherche active d’emploi » … le monde à l’envers ! Ce genre de bricol’com c’est de la recherche active de précarisation des indépendants de la com!  Avec la bricol’com la Constitution Française deviens caduque :

Chacun a le devoir de travailler et le droit d’obtenir un emploi. Nul ne peut être lésé, dans son travail ou son emploi, en raison de ses origines, de ses opinions ou de ses croyances. Art 5, Préambule de la Constitution de 1946.

Pour être « lésé » par la bricol’com à 3 francs 6 sous : on est bien servi !

Des boycotts  des auteurs pros (qui conduit à la casse de nos vies professionnelles) j’en ai plein sous le coude, çà déborde ce genre de sous-com ! On n’a pas besoin de nos services, ils se passent de nous sans complexe ! Leur préoccupation : ne pas payer pour des photos et des graphismes, peu importe les conséquences sur l’emploi des indépendants de la com, les offres gratuites et low cost (dumping social) : une aubaine pour eux ! Ils font avec,  même si çà produit de la bricol’com !

Sur Mayenne une graphiste avait laissé tomber pour ouvrir un commerce de restauration rapide, une autre s’était lancée avec un statut d’auto-entrepreneur, au bout de 6 mois : 0+0 = 0 !

Sur Mayenne :  les professions de photographe indépendant (auteur-photographe) et de graphiste indépendant sont impossibles. Ailleurs c’est pas mieux.

 

Il survivait grâce au souvenir d’un temps où son métier l’avait maintenu en vie. Philip K. Dick

 

Si nous nous obstinons  à concevoir notre monde en termes utilitaires, des masses de gens en seront  constamment réduites à devenir superflues. Hanna Arendt.

 

Super bonus :

la quasi totalité des diffuseurs font supporter leur propre crise sur le plus faible de la chaine, le photographe

Courrier public d’un photographe à un président de CDT

Droit d’auteur, microstocks, …

Hadopi-le-droit-dauteur-des-photographes

Des clics et des claques

Témoignage d’un photographe graphiste
Les Banques d Images Les Forcats du Cybermonde Part 1

Les Banques d Images Les Forcats du Cybermonde Part 2

 

 

 

Commentaires reçus sur la version 3 du site, en ce qui concerne l’oeuvre à 70 000 euros :

CHEMIN Bernardlemoine.chemin[AT]orange.fr
Envoyé le 01/06/2014 à 8 h 28 min

« C’est vrai qu’un esprit de partage aurait été plus judicieux; et la diversité des réalisations plus riche… »

 

Lluis Banti
lluis.banti[AT]free.fr
Envoyé le 30/05/2014 à 19 h 48 min

Evidenment avec une somme pareille on peut réaliser aisément des oeuvres monumentales avec de substantiels bénéfices pour ces « grands » artistes. Une politique redistributive des budgets publiques plus juste pourrait faire travailler et faire vivre modestement 6-7 « petits » artistes.

Pour poster un commentaire : joeldouilletAROBASEfree.fr