Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Blog 

Voter Cyber-Ubu

 

Voter Cyber-Ubu : c’est l’assurance de …

 

 

JEAN-PIERRE MOUNIÈS, UNE VISION POUR L’EUROPE

Combien touche un député européen ?

Mon analyse décalée des affiches réussies ou ratées des européennes

Oui, des multinationales financent bien des partis politiques européens

13 milliards pour les industries d’armement ? Un enjeu négligé des élections européennes

 

La question : « Aux élections européennes de dimanche, il y a 34 listes qui se présentent. Suis-je vraiment obligé de prendre un bulletin de vote de chaque liste avant de passer dans l’isoloir ? »

La réponse de Service-public.fr : « Non, cela n’est pas nécessaire. Vous devez juste prendre au moins 2  bulletins de vote (afin de préserver le secret de votre vote). Mais vous pouvez aussi ne prendre aucun bulletin mis à votre disposition dans la salle de vote dès lors que vous utilisez l’un des bulletins reçus chez vous quelques jours auparavant. » Source : https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A13412

 


 


 

 

Europe Inc : Comment les multinationales construisent l’Europe et l’économie mondiale
de Belén Balanya, Ann Doherty, Olivier Hoedeman, Adam Ma’anit, Erik Wesselius
Editeur: Agone, avril 2005.

La politique européenne et la Commission de Bruxelles sont sous la haute influence des lobbies industriels, au premier rangs desquels se trouve l’ERT (European Round Table) qui rassemble les intérêts de 45 multinationales européennes.

En 2004, le Conseil européen invitait tout naturellement Gehrard Cromme, PDG de Thyssenkrupp et président de la Table ronde des industriels européens (ERT) – lobby qui constitue depuis les années 1990 une des principales forces de la scène politique européenne. Dans son discours, il appelait de ses vœux la concentration, entre les mains d’un ” commissaire unique – tout dévoué à la concurrence totale sur des marchés libres -, des portefeuilles du marché intérieur, de l’industrie et de la recherche, capable d’accélérer au niveau européen mais aussi aux échelons nationaux la mise en œuvre des décisions “. Et de conclure : ” Il est temps de savoir à quel niveau d’excellence nous pouvons parvenir. Le marché mondial sera notre seul juge. ” Le Conseil devrait procéder au printemps 2005 à l’évaluation de la stratégie de Lisbonne. Outre les recommandations de l’ERT, il pourra s’appuyer sur le rapport d’un ” groupe de haut niveau ” qui compte un responsable d’Unilever, le vice-président de Nokia, le directeur général de la Société européenne des satellites, et l’ancien président de la Confédération européenne des syndicats. Le rapport reprend à son compte la nécessité de tenir les objectifs et les délais fixés avant l’élargissement et la crise des valeurs technologiques, malgré ou peut-être à cause de l’opposition grandissante des citoyens qui découvrent les conséquences sociales et environnementales de cet agenda.

 

15000 lobbyistes installés à Bruxelles (groupes industriels, bureaux de relations publiques, ..) objectif : influencer les décisions prises à la Commission de Bruxelles et influencer les médias (un millier de journalistes à Bruxelles). « Le quatrième pouvoir -la presse- a soldé son indépendance pour s’accomplir en instrument de propagande” R Jennar. Le Monde, édition papier, 29-30 janvier 2006, page 15.

 

 

 

Europe, la trahison des élites
de Raoul Marc Jennar
Fayard 2004.

« L’Europe ne dit pas ce qu’elle fait ; elle ne fait pas ce qu’elle dit. Elle dit ce qu’elle ne fait pas ; elle fait ce qu’elle ne dit pas. Cette Europe qu’on nous construit, c’est une Europe en trompe l’œoeil.  » Voilà ce que pensait Pierre Bourdieu. Sa réflexion est le point de départ de ce livre. Aujourd’hui, l’Europe n’est pas une communauté de valeurs, mais une communauté d’intérêts où l’individualisme l’emporte chaque jour davantage sur le bien commun, à l’image d’une société américaine souvent décriée, mais de plus en plus imitée. A l’aide de multiples cas concrets, Raoul Marc Jennar met en évidence cette « trahison » et montre comment l’Union européenne agit à l’opposé de ce qu’elle proclame. Ses institutions ne sont pas démocratiques et transparentes, mais technocratiques et opaques. Ses politiques ne servent pas l’intérêt général, mais celui des milieux financiers et des lobbies d’affaires. Au sein de l’Organisation mondiale du commerce, elle défend parfois les propositions ultralibérales avec plus de force que les Etats-Unis. Enfin, sous couvert de « partenariats » avec les pays du Sud, elle se livre en fait à une véritable recolonisation de leurs économies.

 

 

 

Photomontage : Joe Blog

 

Posts + ou - relatifs